Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

[Officiel] - An Braz - le hussard des mots

"Evoquant dans ses poèmes des thèmes aussi divers que les problèmes de société, le quotidien, l'amour... ; de coup de gueules en coups de coeur, An Braz laisse filer sa poésie sur les rives du Styx et ailleurs..." Cyr

Je mène ma vie...

Un vieux (11 juin 2006) duo écrit en ''mitraillette'' avec Daph(F)retrouvé par inadvertance...

 

Poisson, viande, poulet, accompagnés de riz ou de patates pilées,
Gâteau au chocolat en dessert, amuse-gueules comme entrée,
Mangeons jusqu’à minuit, savourons ces moments,
Ne pensons à rien, ne serai-ce qu’au présent.

Vivons sans un instant se soucier
Ni des dieux, ni de la société,
Ni même encore de notre santé,
Vivons juste pour le plaisir et s’amuser.

A bat les lois, les policiers !
Laissons nous vivre, soyons libérés,
Vivons de joie, de rire multipliés,
Présent seulement, ni avenir ni passé.

Joies, rire, libertés, plaisirs et envies
Sont les saveurs qui composent notre vie,
Et que la Camarde s’invite à notre festin
S’il lui plait de se changer un peu de son destin.

Mangeons, rions, buvons,
En pensant aux journées que nous avons,
Elles sont remplies de futilités
Que parfois on aimerait mieux oublier.

Rions, vivons et puis oublions,
Ne nous laissons pas endoctriner
Par le premier extrémiste ou curé que nous croisons :
Ma seule croyance sont ces vers ici déposés.

‘Mon père pardonnez-moi de mes péchés’
Si c’est comme ça, alors vaut mieux abandonner,
Après tout, vous m’avez vous même créé
Et puis, en vain, vous m’avez laissé.

Laissé, abandonné à notre bon vouloir
Dans la solitude héritée d’Adam et d’Eve ;
Pour meilleure compagnie on a guère que le miroir
Pour y refléter nos plus précieux rêves.

Ces précieux rêves qui nous paraissent irréels
Où l’on se voit voler, avoir des ailes,
Où l’on s’évade, pour fuir la vie,
Ainsi que nos divines envies...

Une vie réfugiée dans la fantasmagorie
De nos rêves aux pouvoirs insoupçonnés
Dans lesquels nous évoluons libérés,
Dans lesquels sans vergogne on se réfugie.

Réfugiée contre le mal qui nous entoure,
Les belles promesses qu’on se fait un jour,
Et le lendemain, on en souffre, le bonheur est absent,
Alors profitons, profitons des beaux moments.

Je marche, je nage, je vole
Vers de lointains et inconnus horizons,
Peut m’importe lesquels ils seront :
Mon avenir, le présent en trace la route folle.

La route me magane les pieds :
Trop de folies vient la parsemer,
Mais je ne m’en soucis,
Je mène ma vie…

 

© An Braz

En savoir plus