Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

[Officiel] - An Braz - le hussard des mots

"Evoquant dans ses poèmes des thèmes aussi divers que les problèmes de société, le quotidien, l'amour... ; de coup de gueules en coups de coeur, An Braz laisse filer sa poésie sur les rives du Styx et ailleurs..." Cyr

Planète Saturne

C'est un monde où rien ne passe, que le temps,
Le soleil brille ou ne brille pas, la lune aussi,
Et les hommes attendent, attendent d'inexistants passants,
Attendent que plie le banc sur lequel ils ne sont assis.
  
 Désespérée société emplie que de sages,
Ne sachant qu'affirmer, ayant oublié la rage ;
Désespérante société se perdant sur cette page
Sans espoir d'être sauvée du méandre des Ages.
  
 Du matin jusqu'au soir, repris du soir au matin,
Bénis par une bannière flottant dans un vent qui n'est présent,
Des hommes d'habits sombres et de regards clairs marchent comme un,
L'arme le long du corps, sans larme et l'esprit absent.
  
 Et marchent ces hommes au bruit de leurs pas,
Pas de tambours et les cors restent cois,
Et, regardent passer ces hommes quelques poteaux en bois ;
Assis sur son trône, le dirigeant attend jusqu'à qu'il ne le puisse pas.
  
 Ô planète Saturne, désert sans dunes...

 

© An Braz

En savoir plus

Si Je Devais Etre Un Ange, Je Serais Celui Des Enfers

Sentez quand arrive la nuit,
Le noir qui luit dans notre vie,
Le désespoir qui innonde nos veines
A vouloir les arracher, les ouvrir,
Pour qu'enfin toute notre peine
Puisse jaillir et resplendir !

  
Que sous les mimiques de Mister Bean
Se cache le plus grand dramaturge,
Que sous mes airs de Scapin
Mes fourberies servent à enjoliver un linceul :
Celui de mon indifférence, ce renoncement assassin,
Que depuis toujours je porte ce voile de deuil.

  
Des larmes pour cacher mes démoniaques sourires,
Mais mes yeux, clepsydres, décomptent votre avenir ;
Malicieuse, ma vie attend nos mort,
Vous regarde défiler, Ignorants,
Puisque Dieu nous a jeté un sort :
La Terre comme Purgatoire avant le Néant.

 

© An Braz

En savoir plus

Celle

Le soleil brille, ma bière s'évapore,
Un ange passe et brûle mes ailes,
Une voix me sussure que c'est Elle ;
Laissez-moi dans ses boucles se perdre mes phalanges d'or...

Mon esprit : un radeau dérivant au loin ;
Un fantôme effleure mon corps frissonnant,
Un souffle semblant suspendre le temps ;
Laissez-moi sur ses hanches reposer la tengeante de mes mains...

Mon coeur : un bateau pris dans la tempète ;
Une Joconde se peint sur le treillis de ma mémoire,
Ariane démèle les noeuds de son histoire ;
Laissez-moi sur sa poitrine oublier le galbe de ma tête...

Mon âme : une barque naviguant au hasard ;
Une fée apparait devant mes yeux ensorcelés,
Une étoile m'indique quelle direction filer ;
Laissez-moi dans ses yeux s'enfermer mon étincellant regard...
© An Braz

En savoir plus