Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

[Officiel] - An Braz - le hussard des mots

"Evoquant dans ses poèmes des thèmes aussi divers que les problèmes de société, le quotidien, l'amour... ; de coup de gueules en coups de coeur, An Braz laisse filer sa poésie sur les rives du Styx et ailleurs..." Cyr

L’Orchidée De Bacchus

Non, ce n’est pas la douce Pénélope,

Non, ce n’est pas la fille qu’on rêve d’avoir,

Oui, c’est une bien douce salope,

Oui, c’est une fille des trottoirs.

 

Non, elle ne demande pas de parure d’or,

Non, elle ne signe pas de « oui » fatidique,

Oui, elle soupire « encore ! encore ! »,

Oui, elle m’a fait vivre un instant unique.

 

Non, elle ne sermonne pas à tout-va,

Non, elle ne pousse pas de crise de nerfs,

Oui, elle se cambre à tes appâts,

Oui, elle te fait décoller de par terre.

 

Non, elle n’est pas de ces âmes livides,

Non, elle n’adhère pas à la vie sans gaietés,

Oui, elle a l’amour coquinement perfide,

Oui, elle vit une jeunesse emplie de frivolités.

 

Oui, ce poème sonne un peu mélancolique,

Oui, ce souvenir à jamais dans ma pensée,

Oui, elle m’a offert un plaisir orgasmique,

Non, je n’ai pas regretté l’avoir quittée.

 

© An Braz

En savoir plus

Adieu L’Ami

Adieu l’ami,

Adieu les rêves et les envies,

Adieu l’ami,

Adieu les joyeuses alcoolémies,

Adieu l’ami,

Adieu les sombres amnésies,

Adieu l’ami,

Adieu les veillées infinies,

Adieu l’ami,

Adieu les jeux et les folies,

Adieu l’ami,

Adieu tous nos petits défis,

Adieu l’ami,

Adieu tous deux insoumis,

Adieu l’ami,

Adieu tous deux impolis,

Adieu l’ami,

Adieu la raillerie et la moquerie,

Adieu l’ami,

Adieu nos deux perfidies,

Adieu l’ami,

Adieu nos deux esprits sosies,

Adieu l’ami,

Adieu nos deux schizophrénies,

Adieu l’ami,

Adieu l’inconnu et le déni,

Adieu l’ami,

Adieu nos fortes idéologies,

Adieu l’ami,

Adieu nos discours d’apologies,

Adieu l’ami,

Adieu nos aimables causeries,

Adieu l’ami,

Adieu le calme et l’euphorie,

Adieu l’ami,

Adieu ces petites chamailleries,

Adieu l’ami,

Adieu ces soirées d’anthologie,

Adieu l’ami,

Adieu ces jours affranchis,

Adieu l’ami,

Adieu l’avenir et puis la vie,

Adieu l’ami,

Adieu, bonjour ma mélancolie,

Adieu l’ami,

Adieu, bonjour ma nostalgie,

Adieu l’ami,

Adieu, bonjour mes temps d’oubli,

Adieu,

Je reste encore un petit peu...

 

© An Braz

En savoir plus

Avalon

Où te caches-tu, Avalon ?
Sous quel rêve t’es-tu endormi ?
A quelles pensées tu t’abandonnes ?
Auquel de mes souvenirs tu souris ?
 

Au fond de mes tripes je te sens
Qui donne de petits coups de pieds
Et qui se fait des plus insistants
Au fond du silence de mes pensées.

Ce soir mon enfant, mon garçon
Taranis inonde ma ruelle
Et toi mes pensées, mes émotions,
De ton envoutante ritournelle.
 

Où te caches-tu, Avalon ?
Sous quel rêve t’es-tu endormi ?
A quelles pensées tu t’abandonnes ?
Auquel de mes souvenirs tu souris ?
 

Tu as le regard de ta mère
Grand ouvert sur le monde,
A en faire chavirer l’univers,
A adoucir même la mer qui gronde.

Je t’offrirai le sang de mes veines
Nourri de cette terre de caractère
Qui forge des âmes fortes et sereines
Et des corps vaillants centenaires.
 

Où te caches-tu, Avalon ?
Sous quel rêve t’es-tu endormi ?
A quelles pensées tu t’abandonnes ?
Auquel de mes souvenirs tu souris ?
 

Si tu souris, où que je sois
Mes yeux chavirent sous l’écume ;
De moi ce rare émoi, seul toi
De ma pénombre l’exhume.

Je t’apprendrai le bonheur,
La joie de ces instants d’errance,
Et le spleen qui apaise le cœur,
Tu me réapprendras l’insouciance.
 

Où te caches-tu, Avalon ?
Sous quel rêve t’es-tu endormi ?
A quelles pensées tu t’abandonnes ?
Auquel de mes souvenirs tu souris ?

 

Dans ta chambre tes jouets,
Trainent et racontent un assaut ;
Toi, endormi à leur chevet :
Petit dragon veille son magot.

Pour toi je ferais un royaume
Peuplé de héros légendaires
Celtes ou bien coiffés de heaumes
Dont tu serais le digne légataire.
 

Où te caches-tu, Avalon ?
Sous quel pommier t’es-tu endormi ?
Sur quelle île tu m’abandonnes ?
Est-ce qu’à cet espoir tu souris ?
© An Braz

En savoir plus