Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

[Officiel] - An Braz - le hussard des mots

"Evoquant dans ses poèmes des thèmes aussi divers que les problèmes de société, le quotidien, l'amour... ; de coup de gueules en coups de coeur, An Braz laisse filer sa poésie sur les rives du Styx et ailleurs..." Cyr

A Elle(s)...

Je ne suis pas de ces moutons

Qu'en viennent à se tondre eux-mêmes,

Prostituant leurs idéaux aquifères,

Et qui, passé la quarantaine,

Lorsqu'ils regardent en arrière

S'aperçoivent avoir tourné en rond,

Trucidé leurs rêves de chimères

Et trahi l'espoir de leurs morpions...

 

Moi, je veux profiter de la vie,

Que le jour où la Camarde

Viendra cogner à mon huis,

L'accueillir de manière goguenarde

Et l'inviter à une dernière partie

De jambes en l'air dans mon lit !

Moi je veux toujours plus de folies,

De l'innocence à la moquerie.

 

Je sais pas faire grand chose, que vivre,

Livre-moi à l'essence de héros

Innommable, pour planer, superman,

Et à l'absinthe de Rimbaud,

A la pluie et aussi aux femmes,

Un pub ou un comptoir en cuivre ;

J'aime à m'égarer dans mes drames,

Laisse-moi subsister l'esprit ivre.

 

Sinon d'être toujours moi-même,

Je ne saurais rien te promettre :

Me perdre dans des bagatelles,

Vivre libre au-delà de mon être,

T'emmener visiter le septième ciel

A narguer les anges de blasphèmes

Jusqu'à m'en brûler les ailes.

Alors envole-moi si tu m'aimes.

 

© An Braz

 

Article déposé auprès d'un Huissier de Justice

En savoir plus

Les Polissonnes

 

Femmes mariées ou récemment divorcées,

Désireuses de retrouver une extase oubliée,

Elles se donnent, elles se donnent,

Elles s'abandonnent et vous étonnent.

 

Il leur manque certes un soupçon d'endurance

Pour parfaire la recette de leur véhémence,

Mais que soit mise une bûche au foyer

Et le feu s'attise dans toute la cheminée.

 

Les jeunes sots qui d'emblée en sursaut

Cueillent au saut du lit du ruisseau

De la croissance des filles de nonnes

Manquent la jouissance du chant d'amazones.

 

Ces Méduses réveillées, "satanées polissonnes",

Savent vous exhumer des soirées monotones,

Savent de leur audace exploiter le filon

Et d'une malice efficace varier les positions.

 

Plaquées au chambranle, elles ont le savoir-faire

Pour mettre en branle les cœurs à l'affaire

Et allongées sur le lit, ne sont pas plus limitées :

Vous seriez surpris par leurs insolentes capacités.

 

Elles libèrent soudain, dans ces chevauchées fugaces,

Tout le côté coquin et parfois un animal vorace

Qui vous griffe et mord et rugit plus fort encore,

A réveiller un mort, à vous rendre plus fort.

 

Lancez-vous sans ambages dans ces aventures,

Et le remue-ménage que tout cela procure,

Et au moment ultime de vos derniers assauts

Appréciez le côté sublime de ses soubresauts.

 

© An Braz

 

Article déposé auprès d'un Huissier de Justice

En savoir plus